POURQUOI CETTE INITIATIVE ?

A la lumière d’expériences réussies, partout dans le monde, et face au peu d’information à destination des élu.e.s et des citoyen.ne.s, nous avons souhaité faire un travail d’enquête, de pédagogie et de communication dont notre “rapport aux maires de France” sera l’objet.

 

Nous voulons, de concert avec les élu.e.s, associations et les populations locales, redonner vie à des lieux, des villages et bâtis laissés à l’abandon, quand ils pourraient devenir des oasis de vivre-ensemble, dans le but de reconnecter campagnes et métropoles.

 

Ces villages à réoccuper sont les espaces-temps où se construit la suite du monde. Connectés entre-eux et à la ville, ils sont aussi le maillage nécessaire pour réparer le présent, et nourrir les villes.
Pour aller plus loin, comprendre la méthodologie et les moyens mis en oeuvre, nous vous proposons d’échanger avec nous : contact@mainstenant.org

QUI EST DERRIÈRE CETTE INITIATIVE ?

Nous sommes un collectif d’une cinquantaine de personnes, associatifs, entrepreneur.e.s, avocat.e.s, architectes, cartographes, anthropologues, étudiant.e.s (etc) réuni.e.s dans une association loi 1901 : Mainstenant.

 

Nous ne cherchons aucune mise en avant d’aucun.e d’entre-nous et fonctionnons de façon horizontale, les plus disponibles et ceux, celles ayant les compétences les plus utiles à chaque étape se retrouvant les plus investi.e.s.

 

Nous nous coordonnons via des outils numériques de travail collaboratif en temps réel qui permettent une efficacité dans la production et des prises de décisions agiles et collégiales, par consensus.

 

Nous avons initié ce mouvement et ce rapport aux maires de France car nous voulons “en être”, s’y consacrer, y vivre et rendre possible l’éclosion de milliers d’écovillages connectés aux cités.

POURQUOI UN MOUVEMENT ?

Car nous sommes tous.tes déjà engagé.e.s dans des associations et des “causes” et avons conscience de la nécessité de nous inscrire dans un mouvement qui nous dépasse.

 

Si une association peut faciliter la gouvernance et la coordination d’initiatives, c’est un mouvement citoyen, politique, civique, commun et inclusif que nous appelons de nos voeux.

 

Car un mouvement fédère, rassemble, se multiplie, se réplique et inspire plus qu’aucune autre structure connue.

 

Nous bâtissons un réseau horizontal, tant physique, dans les villes et les villages, que numérique, afin de donner au mouvement de réoccupation des lieux abandonnés et d’émancipation les outils de son efficacité et de son inscription dans le temps.

ÉCOVILLAGES ET ÉCOLIEUX : C’EST QUOI ?

Ce sont des lieux de vie.s, d’échanges, de transmission de savoirs. Ce sont des lieux à échelle humaine, où l’on recommence à vivre ensemble, où l’on construit une vie collective tout en respectant l’individualité de chacun. Ce sont des lieux de rencontre où tous et toutes sont libres de passer, de s’installer, de vivre, où chacun.e vient apprendre de l’autre ; car chacun.e d’entre-nous a des savoirs à transmettre .

 

Ce sont aussi des lieux respectueux de leur environnement, respectueux de la terre, de l’eau et des animaux, où l’on apprend à vivre avec la Nature, à économiser ses ressources en en créant de nouvelles – et à travailler ensemble. Ce sont des lieux de conscience, de l’autre, de ce qui nous entoure, de notre impact et des conséquences de nos actes. Ce sont des lieux où l’on construit le futur, où l’on essaie d’autres manières de faire société, mains-tenant.  

 

Il existe des centaines d’écolieux et écovillages dans le monde ; nous en faisons le recensement, la visite et

“l’audit” systématique (cf. mainstenant.org)

DES LIEUX DE VIE

Ce ne sont ni des camps de vacances ni seulement des espaces de travail que nous concevons mais des lieux où vivre.

 

Durablement, pour s’y maintenir, y vivre en famille ou à tout instant, afin de partager un environnement serein et préservé, où se ré-invente un “vivre-ensemble” ouvert au monde, connecté aux villes, riche de son ambition nourricière, culturelle et politique.

 

Pour une heure, un jour, un week-end, en maintenance, pour rencontrer, se reposer, découvrir, fêter, créer et travailler ensemble, dans des espaces où penser et collaborer, sur les chantiers continuels des villages où se bâtit chaque jour une nouvelle pièce du puzzle.
Il s’agit d’animer des lieux qui permettent à tous.tes de se ressourcer et de se réparer. Des lieux où chacun est invité à se repenser de l’intérieur pour mieux vivre avec l’extérieur.  

… ÉMANCIPATEURS

Faire commune, faire politique, bâtir une cité, dialoguer avec les mégapoles, réapprendre à faire du pain ou réparer un vélo, fabriquer avec a l’aide d’une imprimante 3D ou d’un couteau à bois, l’instrument dont on a besoin, faire démocratie plutôt qu’observer passivement le monde faillir, se réapproprier des savoirs-faire, tout cela concorde avec l’émancipation de tous.tes

 

Organiser le respect mutuel, défendre l’égalité réelle entre-tou.te.s, permettre la libre expression en animant des espaces de débat, de culture, de jeux et d’autres formes d’échange est formidablement libérateur.

 

Il s’agit ici de se donner les moyens d’une émancipation sociale, et citoyenne de chacun.e, mais aussi économique, vers plus d’autonomie, et politique, afin d’y inventer les usages de demain.

… CONNECTÉS

Notre ambition est de connecter les métropoles aux campagnes, de connecter les écovillages eux-mêmes entre-eux ; pas seulement par des outils numériques et une politique inclusive.

 

Nous allons systématiquement organiser la cueillette des citadins en des points et heures fixes dans la ville via des bus et navettes électriques et au biogaz (et dans la cadre des écoles alternatives, pour les enfants en particulier) tous les jours, toutes les nuits.

 

Ces navettes routières et fluviales constituent le réseau permettant à l’usage et à l’intelligence de dialoguer  irriguant d’énergies et de vitalités nouvelles chacun de ces lieux de vie.

 

C’est le chemin, en circuit court à moins d’une heure des mégapoles, qui conduit une alimentation saine de nos mini-fermes permacoles aux cuisines et cantines des villes.

RÉAPPRENDREÀ VIVRE ENSEMBLE

Faire société, avoir l’affection et la volonté durable de vivre-ensemble, se tolérer, se comprendre, se protéger, se réparer mutuellement est rendu chaque jour moins aisé par les rythmes de nos vies et la pression économique pesant sur nos épaules.

 

Créer des lieux dont l’ambition explicite est de réapprendre – en désapprenant d’abord sans doute – comment vivre heureux.ses les un.e.s à côté et avec les autres est une réponse pragmatique afin de trouver en chacun.e les clefs d’une communication sereine.

 

Construire ensemble, des bâtiments, une école, une bergerie, une boulangerie (…), des fours solaires, des toilettes sèches, et participer aux chantiers collectifs des écovillages permet de se connaître mieux, de donner à la chorégraphie souvent dissonantes de nos bonnes volontés un efficace support.

CHAQUE ÉCO-VILLAGE


CONNECTÉ INCLUT

MAINSTENANT


DEUX PRINCIPES FONDATEURS
:

1/ SE RÉAPPROPRIER LES SAVOIR-FAIRE    ET SAVOIRS DE SUBSISTANCES

  • Cultiver la terre
  • Transformer ses produits
  • Élever du bétail
  • Raffiner des huiles
  • Élever du vin naturel
  • Prendre soin du paysage, de la nature
  • Connaître les plantes, médicinales et comestibles
  • Faire ses vêtements, ses tissus, de la plante à la couture
  • Comprendre et enseigner les choses du monde, l’alimentation, la nutrition, le cycle de la vie
  • Savoir gérer ses déchets, ses eaux usées, avoir une ressourcerie
  • Fabriquer du pain, tenir une cantine
  • Réparer des voitures, des vélos
  • Reparer du materiel electronique, informatique
  • Construire, des maisons, des cabanes, des murs et des toits. Connaître les matériaux de constructions, bois, terre, verre, métaux…
  • Etre autonome face à un problème d’électricité, de plomberie ou de peinture…
  • Se réapproprier la médecine, la psychiatrie, les savoirs-faire et les compétences dites intellectuelles, artistiques, scientifiques ou politiques.
  • Designer, coder, … face à la course du monde et sa robotisation croissante, maîtriser les algorithmes.

2/ FAIRE COMMUNE

Un écovillage est une ville en miniature, à taille humaine, pensée dans sa complétude. On y mange, y boit, y apprend, s’y soigne, y fête, y travaille, y crée, y écoute, y lit (…).
Le village se construit et se répare jour après jour, maison après maison, il est fait par et pour chacun.e de nous.
Chaque “écovillage Mainstenant connecté” s’organise telle une commune avec sa gouvernance propre, intégré à son environnement.

L’ECOLE DE LA SUITE DU MONDE

C’est la porte d’entrée et le premier chantier de chaque écovillage. Dans les écoles et maternelles de la suite du monde, les enfants grandissent en prenant soin de la nature, des animaux de la mini-ferme, participent aux plantations permacoles, cuisinent, jouent, lavent, bâtissent, réfléchissent  (…).

 

Tous les matins, nous organisons le ramassage scolaire des tout-petits dans des points dédiés et à heure fixe au sein des villes, nous les conduisons en bus et navettes vers les écolieux. Toutes les après-midi, la navette fait le chemin inverse. Le week-end, parents et familles sont conviés à profiter également des lieux et à y faire société.

 

La première école maternelle ouvrira ses portes d’ici la rentrée prochaine ; c’est en tout cas notre objectif et le sens de nos échanges avec la mairie de Paris et les mairies des territoires ciblés.

L’ÉCOLE ALTERNATIVE

S’inspirant de pédagogies telles que celles de Montessori et de Freinet, petits et grands apprennent ensemble dans les multiples espaces de l’éco-village.

Les personnes agées ainsi que les artisans et les résidents participent au programme.

 

L’école est se donne les moyens d’une grande mixité sociale. Grâce aux navettes, qui cueillent les enfants au centre des métropoles, dans leur périphérie et dans le voisinage, tous se mélangent et échangent avec les enfants résidents.

 

C’est au départ une centaine d’élèves au plus, de 6 à 12 ans, que l’école alternative de chaque village accueillera.

 

Ecole de l’émancipation et du vivre ensemble, elle est une pierre angulaire de chaque lieu de vie connecté.

LES JEUX

Toboggans, jeux d’eau, tyrolienne, sable, jeux de société géants, jeux de reflexion, d’eveil corporel pour les enfants de tout âge, sont conçus sur chaque site.

 

Il est si essentiel de jouer que chaque chantier commence tout d’abord, en parallèle de l’école maternelle puis primaire, par les aires de jeux.

 

Dans l’idée de détourner les usages, la tyrolienne et les toboggans sont également un moyen de se déplacer, les jeux d’eau et leurs éclaboussures, des sources d’eau pour les zones de permaculture et des “serious games” servant d’outils démocratiques.

 

Afin d’aider à l’éveil des consciences, chaque aire de jeux est accompagnée d’une agora politique des enfants, un cercle de discussion, d’arbitrage et de confidences.

L’ESPACE CULTUREL ET ARTISTIQUE

Une scène couverte, un amphithéâtre, une salle de projection, des lieux de peinture, de sculpture, d’expression corporelle, des espaces de danse, de lectures et d’écriture accueillent artistes en résidence, résidents artistes et citoyen.e.s curieux ou en maintenance.

 

Doté d’une politique culturelle ambitieuse, le mouvement accompagne chacun des écovillages et facilite leur connexion avec des artistes et professionnel.le.s

 

Par ailleurs, chaque village réalise par la même une production culturelle, pas seulement agricole, intellectuelle ou artisanale, qui se veut dense, originale et émancipatrice.

 

LaPlage, l’un des lieux prioritairement ciblé, est quant à elle riche d’un patrimoine classé aux monuments historiques : un alignement de centaines de cabines de douches qui accueilleraient autant d’oeuvres d’art, confiant chacune d’elle à un.e artiste.

LE BAR ET LA CANTINE SOLIDAIRES

Les lieux de restauration sont le coeur d’une cité qui partage, s’informe et se nourrit. Nous concevons trois espaces distincts, complémentaires et synergiques, a minima, dans chaque ecovillage :

 

  • La cantine solidaire,
  • Le restaurant responsable,
  • Le bar à cocktails et concerts.

 

Ces trois espaces sont liés et leurs ressources et stocks mis en commun. La cuisine et les préparation tiennent compte des sensibilité et choix de tous ; ainsi des plats vegan sont systématiquement et majoritairement proposés.

 

L’essentiel des produits consommés sont produits, transformés et élaborés sur place. C’est également le cas de l’alcool (vin nature, bière bio, liqueurs..).

LE CAMPING

Dormir en yourte, dans un hamac, une cabane, une tente ou une caravane originale pour une nuit ou un séjour est proposé en chaque écolieux.

 

Nous affichons, dans le cadre des îles d’Ile de France, une volonté claire de nous orienter vers des cabanes dans les arbres, par opportunité face aux risques d’inondations, par choix pour reconnecter véritablement avec la nature et par stratégie, car nous ne voulons aucun engin de chantier sur les sites et privilégions les solutions évolutives et respectueuses de leur environnement.

 

Résider quelques jours dans un lieu capable de bousculer nos certitudes est un luxe qui se doit d’être abordable pour être populaire. Ainsi le camping affiche des prix les plus accessibles possibles.

LA BOULANGERIE

Lieu où se croiser, la boulangerie est aussi un espace où l’on se forme et où l’on fait le pain, pour soi et pour les autres.

LE GARAGE

Contre l’obsolescence, pour plus d’autonomie et afin de se donner les moyens de réparer le monde, le garage est au coeur du village… Entre deux CDD, un garagiste peut y contribuer et transmettre ainsi ses compétences.

LE FABLAB (L’ATELIER)

Créer, fabriquer, ensemble, avec les outils d’hier comme avec ceux de demain, hacker, bidouiller, faire sien techniques et technologies est capital. Chaque écovillage inclut un atelier ou fablab ouvert à tous et toutes.

LE CO-WORKING SPACE(BUREAUX PARTAGÉS)

Afin d’y accueillir des initiatives, de permettre d’y travailler efficacement, en groupe ou seul, connecté au monde ou au contraire en retrait du bruit, un espace de “co-working” est systématiquement intégré.

LE MAGASIN GÉNÉRAL RESPONSABLE

Vitrine des productions du village, lieu d’accueil et de renseignement aussi, stock et carrefour de ce qui se mange, se boit, se porte, se cloue, se noue (…) où rien n’est à vendre s’il n’est pas issu d’un processus responsable. Le magasin général est aussi la ressourcerie du village.

LA PERMACULTURE

La permaculture repose sur 3 principes éthiques :

  • prendre soin de la Terre,
  • prendre soin des Hommes,
  • partager équitablement les ressources.

 

Nous cultivons sur buttes, en particulier des semis rares ou anciens, pour soutenir la biodiversité, nourrir le village, les villes et nos voisins.

 

En multipliant les éco-lieux, c’est la cité qui peut ainsi être nourrie, renouant de la sorte le lien, souvent rompu, avec ses terres agricoles en périphérie et réduisant de la sorte son impact environnemental.

LA MINI-FERME ET LA BERGERIE

Les mini-fermes péri-urbaines sont un trésor pour les villes qui les intègrent à leur environnement. Chaque éco-village inclut une ferme respectueuse des animaux.

AMAP ET CIRCUITS COURTS

Il ne s’agit pas seulement ici de nourrir les habitants

de l’écovillage et ses voisins mais bien également

de nourrir les villes. A ce titre, une organisation est systématiquement mis en place, à l’échelle de chacun des village, appuyé par le des réseaux associatifs.

 

En multipliant ces écovillages et en les connectant efficacement aux villes, nous favorisons une consommation responsable et nous produisons de l’alimentation saine et de proximité pour les villes et les populations locales.

 

Notre production est exclusivement distribuée en circuit-court pour gagner en autonomie et minimiser toute pollution induite notamment par des transports inutiles.

 

Tel un laboratoire “open source” l’AMAP partage et restitue ses expériences de façon régulière afin d’améliorer l’efficacité de l’ensemble des activités.

L’ACCUEIL D’EXILÉ.E.S,DISCRIMINÉ.E.S ETPRECARISÉ.E.S

Ici on accueille, donne des cours de français, on travaille ensemble sur le chantier permanent qu’est chaque écovillage – bien au delà de simple hébergement d’urgence.

 

Ici, on prend soin de l’autre, on l’écoute, parfois on le soigne ; on lui donne la possibilité de participer à une vie collective, de faire partie de la société des éco-lieux.

 

Face à des situations toujours différentes, Mainstenant veut “faire sa part” et ne peut accepter que de telles initiatives ne participent pas à l’accueil, l’intégration, l’aide et l’attention à apporter aux exilé.e.s de toutes origines, notamment aux familles.

 

Notre crêche, nos écoles, nos cantines (…) sont aussi des lieux de partage et de mixité, avec tous.tes les discriminé.e.s et précarisé.e.s. Loin, très loin, d’un espace “gentrifié” ou aveugle au monde qui l’entoure.

LES ESPACES ET RDVPOUR FAIRE DÉMOCRATIE

Des espaces :

  • Une place publique, occupée, animée,
  • Une agora couverte et/ou couvrable,
  • Un parlement des enfants

 

Du temps :

  • Des rdv hebdomadaires pour débattre et décider,
  • Un festival annuel pour approfondir des thématiques,
  • Des évènement “ailleurs” et dans les villes pour exposer et partager.

 

Des invitations :

  • À faire de chaque lieu un espace où celles et ceux en lutte se retrouvent, se rencontrent,
  • À se saisir de ces lieux pour y expérimenter de nouvelles formes de gouvernance,
  • À utiliser les monnaies libres, locales et concevoir une nouvelle économie politique.

VERS L’AUTOSUFFISANCE ÉNERGÉTIQUE

L’ambition de chaque village est d’atteindre au plus vite une véritable autosuffisance énergétique, notamment via la réalisation d’un réseau “pair à pair” de stockage et d’échanges d’énergie, ou encore l’installation d’infrastructures innovantes solaires, éoliennes, hydraulique, géothermiques (…).

 

Chaque village est un lieu d’innovation afin d’accompagner les communes et communautés alentours vers une plus grande attention à la problématique énergétique.

 

Plus encore que dans les seuls productions et stockages ou échanges d’énergie, c’est aussi et souvent d’abord dans la nécessaire frugalité des usages que les écovillages jouent un rôle de pédagogie par l’exemple.

POURQUOI NOUS CONFIER UN LIEU ?

VERS D’AVANTAGE D’EMPLOIS, D'ÉCOLOGIE,DE DÉMOCRATIE, DE LIEN ENTRE VILLES ET CAMPAGNES ET UNE MEILLEURE VALORISATION DES ACTIFS ET DES TERRITOIRES...

POUR 6, 9 OU 99 ANS, AVEC UN CONTRAT UNIQUE ET TRANSPARENT

ÉLU.E.S ET

CITOYEN.NE.S

PROFESSIONNEL.LE.S

ET PROPRIÉTAIRES PRIVÉ.E.S

Rencontrons-nous !

pour en savoir-plus, collaborer au rapport,
étudier un lieu avec nous :

contact@mainstenant.org